«

»

Mai 20

A LA RENCONTRE DU PONT COLBERT

 

Un périple de Creil à Dieppe pour (re)découvrir le Pont Colbert pour 51 personnes sous la baguette du chef d’orchestre, Jean-Jacques Verdebout, trésorier adjoint de l’AMOI!

 

Deux raisons avaient guidé ce choix de visite  :

  • le pont Colbert a été construit dans les ateliers de la « Société des Ponts et Travaux en Fer » de Montataire
  • les objectifs communs à l’AMOI et au Comité de Sauvegarde du pont Colbert :  faire connaître les origines du patrimoine et faire perdurer la mémoire de celui-ci.

A l’arrivé, Michel Mich, secrétaire du Comité de Sauvegarde a accueilli les visiteurs en présentant le comité qui mène un combat depuis 2009 pour la sauvegarde, l’entretien et la restauration du pont. Il faut savoir que ce pont  est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques mais n’est toujours pas classé à ce titre.

 

La visite a commencé par une présentation de la machine hydraulique et la cabine de manoeuvre puis par la découverte du pont tournant mis en service en 1889. Quelques éléments techniques sur le pont :

Le projet de construction émerge en 1880 et l’on doit son architecture à  Paul Alexandre, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées. Cette structure est assemblée et rivetée sur place en seulement 4 mois;

Quelques chiffres sur cette superstructure réalisée par la « Société des Ponts et Travaux en Fer » de Montataire : son tablier fait 70 mètres de long et pèse 800 tonnes ; le mécanisme qui permet de faire tourner le pont est hydraulique et pèse 80 tonnes donnant une énergie suffisante pour soulever le pont et actionner les vérins à eau qui entraînent une  chaîne. Ces 800 tonnes reposent au repos sur 4 cales.

 

Après le repas de midi, la visite s’est poursuivie avec un guide de « Dieppe Ville d’Art et d’Histoire », mais aussi ville aux quatre ports.

Vous aurez plus d’informations dans les prochains Cahiers de l’AMOI.

 

Laisser un commentaire